Confinement jour 53

84537359_2798627643548837_4000200151422468096_n

 

Il y a 5 sortes de loups dans le monde : arctique, ibérique, gris, noir, rouge, himalayen. La calculatrice a été inventée en 1645. Comment fait-on une soupe miso soit même ? Le Covid-19 a fait plus de 25000 morts en France. Comment peut on produire des tomates plus petites que les autres et 100 fois meilleurs que les grosses ? Quelle tasse choisir aujourd’hui pour mon premier café de la journée ? L’homme le plus grand du monde mesure 2 mètres 51. Il faut 10 ingrédients pour faire un opéra. Les Beatles, Elvis Presley, Michael Jackson et Madonna ont vendu le plus de disques au monde. 

Voilà ce qui trotte dans ma tête aujourd’hui : un méli-mélo d’informations de questionnements, de réflexions qui se bousculent entre eux de manière aléatoire. Le simple résultat d’une réflexion intense et sans interruption.

En émettant l’hypothèse que nous ayons trouvé un ou plusieurs sens à nos vies, nous sommes assaillis de questionnement constamment. Pour ma part, c’est de ce questionnement ininterrompu que vient la base de ma créativité. Il faut sans cesse que je me demande pourquoi ? Comment ? En quoi ? C’est ainsi que je me permet de faire certaines interruptions mentales nécessaire à ma santé psychique. Je me met sur mon balcon entourée de mes plantes et de mes lumières, je ferme les yeux et je me demande pourquoi en me basant sur une seule de ces réflexions. Aujourd’hui devant la poste de mon quartier, je me demande pourquoi certains portaient un masque et d’autres non. Il faut dire que nous sommes tellement à faire la queue que beaucoup de questionnements me viennent et je n’ai alors pas l’occasion de me contrer à ce moment précis sur celui-là.

Peut-être est ce une question de moyens financiers, de pure idiotie, ou encore une volonté farouche de dire merde au virus, qu’il ne les atteindra pas, qu’il n’a aucune chance. Quelques femmes portent le voile intégral, au moins cela règle le problème. Facile. 

Avant de faire la queue à l’entré provisoire de cette même poste, je me suis tout d’abord présentée à l’entré officielle.

Le gardien, sombre, sévère, droit comme un i, s’amuse de l’air étonné que je prend lorsqu’il me dit « ce n’est pas par ici que l’on rentre ». Et pourquoi pas ? Comment peut il m’affirmer avec autant de certitude que ce n’est pas par cette porte que l’on pénètre dans la poste du 3ème arrondissement de Marseille ? D’ordinaire, les jours que l’on compte en dehors du confinement, la boule de personnes se précipite par cette même porte pour retirer paquets, mandats, fournitures de papeterie. Oui, monsieur, c’est bien par cette porte que d’habitude on entre. Mais Cette réalité n’est plus, elle n’est que temporairement accessible à ceux qui habite le quartier, et sera de nouveau effective dans une autre temporalité. Mais ne possédant pas la science infuse, c’est tout de même amusant de voir que l’homme  en face de moi, pense être maître d’une vérité à toute épreuve du temps. Il va lui faire mal le déconfinement à lui. Je me contente de lui lancer un « ah bon ».

Je termine mon questionnement en essayant de me rappeler avec précision les événements au premier abord insignifiants que j’ai vécu aujourd’hui afin de les retranscrire dans un texte, celui que vous avez sous les yeux.

J’aime à penser que j’arrive à sélectionner des détails qui font augmenter mon taux de créativité, et la volonté que j’ai de les transmettre à autrui est une grande part de ma satisfaction quotidienne. John Cleese des Monthy Python a dit un jour : « La grande créativité c’est de réagir aux situations sans se servir de la réflexion critique ». Pour moi, la réalité et notre réalité, est ce qu’on en fait. 

Laisser un commentaire

Damemarianne |
Peregrinationsancestrales |
Entremesdents |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Chroniquesduloqsansleloq
| Laclaquettepetitsmoyens
| ST MAURICE AUX RICHES HOMMES